Matières, le génie d'une île - genèse d'une aventure

Ce premier ouvrage est un inventaire. Pas unique et définitif, mais suffisamment large pour témoigner.

A quelques rares exceptions près, les quelques 1 000 clichés ont été pris entre 2001 et 2011, constituant ainsi un panorama d’une décennie à l’aube du 21ème siècle.

Autre caractéristique, les textes occupent une place réduite, moins de 4 000 mots. A l’origine il ne devait y en avoir aucun : le pouvoir de l’image seule, et la possibilité pour chacun de construire sa propre interprétation ...

Le génies des lieux, sables, Matières, le génie d'une île, Quartier-français éditionsPuis, quelqu’un a dit : « il faut localiser chaque image ». Long exercice, réalisé, qui occupe 4 pages de tableaux en double colonnes. Option non retenue finalement parce que le nombre de pages - fixé initialement à 200 - était en train de déraper, obligeant à sacrifier ce qui était moins important. D’autres pages ont « disparu », à regret, mais à 240 on est déjà à 1,8 kg, ce qui pénalise l’emport dans ses bagages !

Mais il a semblé qu’il fallait quand même quelques commentaires, pas systématiques, juste pour faire sentir –au sens propre- qu’un paysage cela peut être des nuages blancs s’étirant le long des remparts et aussi la fumée bleue d’un ilet.

Rappeler que la culture, celle transmise par les paysages façonnés par l’homme, peut se nicher dans de discrets appareillages, de subtiles nuances de teinte …

Peu de textes, donc, et la proposition de Colette d’un ouvrage trilingue en pensant aux gens de passage.

Et voilà Robert sollicité pour l’allemand, qui renvoie sur Marlene, qui accepte à condition d’être épaulée par Celina, étudiante ERASMUS ...

Et voici Florence, soutien intrépide, à la fois correctrice et traductrice en anglais, avec l’appui de John.

Au passage, on remerciera Pascal pour sa patience face aux allers-retours entre les 3 langues, en plus de sa composition des couvertures et de son aide à la recomposition des planches.

Je me souviens en particulier du casse tête face à l’absence du « Eszett » allemand par exemple, dans certaines polices de caractère !

De l’autre côté de la mer , il y a Alain, représentant de l’entreprise familiale qui imprime des beaux livres, rencontré en janvier 2017, puis Christian vers qui il nous oriente pour créer le site et tenter l’aventure du financement participatif.

« Pas capab’ l’est mort avant d’avoir essayé ! »

instants, redondance, Matières, le génie d'une île, Quartier-français éditionsOn a tâté le terrain, et … appris qu’il faut bien cerner sa cible, avant de solliciter Internet. Mais c’est aussi cela l’esprit pionnier.

Et des amis qui se dévoilent, ardents défenseurs du projet …

L’imprimeur, lui aussi, ne tergiversera pas, et décidera de reprendre l’impression complète des 1 000 exemplaires à cause d’infimes défauts liés, semble-t-il, à la densité d’encre …

Escourbiac aime ainsi à citer Diderot :
« Ne fit-on que des épingles, il faut être enthousiaste de son métier pour y exceller ».

D’où le retard de cette livraison, espérée initialement pour les fêtes de fin d’année 2017.

Mais ce n’est rien, quand on sait que le projet remonte au moins à 2009 et que les premiers éléments sont rassemblés depuis 2002 : à l’époque la maquette s’intitule « Menus ingrédients d’une âme créole » : peut-être aurait-on du garder ce titre ambigüe, vu ce que disent les éditeurs sur le succès des livres de recettes culinaires !

Voilà l’aventure.